Le plus dur quand vous faites de la sculpture, c’est de garder la consistance de la terre afin qu’elle puisse être travaillée correctement. Je ne compte plus mes tentatives pour y arriver avant de trouver la bonne astuce pour garder une terre maniable. Et je sais qu’il y a plein de sculpteurs qui ont aussi ce problème !

Tout ceci fait que je vais vous parler dans cet article des particularités de ce matériau que vous utilisez pour travailler sur vos sculptures. Vous allez ainsi comprendre les différentes consistances du matériau quand vous le manipulez.

Les différents types de terre

Vous avez sûrement remarqué que la terre changer d’aspect quand vous travaillez sur votre sculpture. Il y a d’abord son apparence mole quand elle est fraiche. Une fois que vous la manipulez, elle deviendra de plus en plus ferme. À ce stade, il suffit d’un chiffon humide pour lui donner la forme que vous voulez.

Enfin, il y a la terre qui commence à durcir et qui se casse facilement si vous commencez à la manipuler un peu trop fermement. Une fois que le matériau commence à garder une forme définitive, il prendra l’apparence d’un chocolat semi dur. Je pense que c’est ce type de terre qui est le plus facile à travailler, car les outils glissent facilement dessus sans qu’il ne rejette les formes que vous essayez d’un apposer.

Ces détails qui sauvent

Vous verrez qu’une sculpture en terre peu sécher très rapidement si vous ne faites pas attention pour prévenir tout risque, je vous recommande de placer un chiffon légèrement humide qui va venir préserver votre œuvre.

La précaution n’est pas inutile, dans la mesure où la terre pourrait très rapidement prendre une forme définitive si vous ne la protégez pas assez. Quand la terre devient sèche, vous pourrez aisément la poncer, voire la racler.